Leur première partie de Kokoroko il y a quelques temps au 6PAR4 avait impressionné la salle. Car les deux jeunes femmes issues du Conservatoire de Laval n’ont pas d’équivalent ici pour amalgamer effluves jazz et essences électro, instruments acoustiques (vibraphone et clarinette) et machines numériques, dans un chaudron où bouillonnent improvisations live, énergie électrique et mélodies contemplatives. Alliant virtuosité instrumentale, créativité débordante et science de la production électronique, le duo, né il y a près de deux ans, explore un monde bien à lui, traversés de paysages oniriques et poétiques.